Ohom Ohom

Ohom Ohom - créatures fantastiques

Je voyage actuellement pour me rendre tout au nord du Grand Nord, et au-delà si c’est possible. Nous avons commencé à porter notre deuxième épaisseur de fourrure d’écureuil depuis deux jours pour pouvoir lutter contre le froid. Malgré cela Cyrclédie, la fée qui nous accompagne depuis le port de Natsouk, a toujours cette goutte congelée sur le bout du nez, même si l’ensemble de l’expédition fait toujours mine de ne pas s’en rendre compte.

Nous sommes encore au pied des Montagnes Blanches, il y a donc encore des arbres, des rochers, des grottes même parfois. C’est non loin de l’une de ces grottes que j’ai aperçu les deux oiseaux que j’ai reproduit de mon mieux avec mes doigts congelés. D’après mes observations, il s’agissait d’un couple, et le mâle serait celui avec le plumage « annelé ». J’aurais aimé rester à les observer plus longuement, mais Cyrclédie a fait sonner la cloche de rappel au campement. D’après les piaillements que j’ai pu entendre, je pense que leur nid n’était pas loin.

Le bec du mâle était d’un jaune plus prononcé et plus vif que celui de la femelle. Peut-être que cela signifie ou reflète quelque chose, leur état de santé peut-être. Il faudrait que j’ai la possibilité d’en rencontrer d’autres pour pouvoir pousser plus en avant mes observations. Sur le trajet du retour j’espère, car pour le moment il faut continuer d’avancer, une journée de retard pourrait mettre en péril la totalité de l’expédition.

FacebookTwitterGoogle+Google GmailBufferPocketPinterestOutlook.comPrintWordPress

Flattr this!

No Comments

Post a Comment