Semaine 4 : Tombe la neige

50931751_1180429385443756_7431605981265526784_n (1)

Les premiers flocons étaient tombés dans la nuit, alors qu’il dormait encore. Il avait complètement oublié qu’on avait prévu de la neige ce jour-là. Avec un long soupir, il regarda par la fenêtre de sa chambre. Il n’aimait pas du tout la neige : elle lui rappelait trop de mauvais souvenirs. 

 

Sans perdre plus de temps, il avala son maigre petit déjeuner fait de pain dur et de confiture sans saveur. Peut-être qu’il irait sur le marché après le travail pour essayer de trouver quelque chose de mieux. Un rapide coup d’œil à l’horloge lui indiqua qu’il allait être en retard. Quelques minutes après, il était dehors. D’un geste de la main précis et souple, il verrouilla sa porte. 

 

— Kilyan ! Attendez un petit instant ! 

 

Retenant un soupir, l’homme s’arrêta quelques pas plus loin. Comme il travaillait dans l’administration, ses voisins le sollicitaient souvent pour de petits services. 

 

— Que puis-je pour vous ? 

 

La vieille femme qui l’avait interpellé se tordit les mains, gênée. 

 

— Eh bien… J’aurais souhaité savoir s’il vous était possible d’obtenir des nouvelles de mon fils. Il a embarqué pour aller travailler dans les colonies il y a trois mois déjà… 

 

Kylian hocha la tête. Il y avait peu de chance qu’il arrive à obtenir des nouvelles, mais il essayerait. Il n’aimait pas mentir. D’un geste de tête poli, il prit congé de sa voisine et reprit sa route. Il avait horreur d’être en retard. 

 

En chemin, la neige recommença à tomber. Kylian pesta. Il détestait l’hiver. Ça n’avait pas toujours été le cas : petit, son grand père les emmenait avec ses sœurs faire de longues promenades en raquettes. Il s’émerveillait toujours devant les immenses pins verdoyant.

 

L’homme soupira avec mélancolie. Les montagnes de son enfance étaient si loin à présent… Mais il ne regrettait pas son choix. Certaines journées étaient juste plus difficiles que d’autres. 

 

— Vous êtes en retard. Encore. 

 

Kylian venait tout juste de dépasser les soldats qui gardaient l’entrée de la Tour-Mère quand son supérieur l’interpela. Il se crispa. Il n’aimait pas non plus être confronté à la hiérarchie. 

 

— J’en suis désolé, cela ne se reproduira plus. 

— Vous avez bien de la chance, d’être un des seuls citoyens aptes à occuper ce poste. 

 

Avec un regard hautain, son supérieur s’éloigna. Kylian savait qu’il était méprisé et jalousé pour son niveau de connaissances, mais il avait travaillé dur pour atteindre un tel niveau. Il était fier de ce qu’il était devenu. Les innombrables heures passées à lire et à étudier n’avaient pas été vaines. 

 

— Désirez-vous boire quelque chose ? demanda son assistant alors qu’il s’installait dans son fauteuil. 

— Non, merci. Tu peux te mettre en pause, je me débrouillerai sans toi aujourd’hui. 

— Bien. 

 

Avec un nouveau soupir, Kylian sortit le journal météorologique prévisionnel. De la neige était prévue régulièrement pour les deux mois à venir. Les têtes dirigeantes avaient l’air de penser qu’un hiver articifiel calmerait un peu la nostalgie qui commençait à poindre chez tous les exilés. 

 

Avec des gestes précis, Kylian commença à déplacer les manettes de son panneau de contrôle et à entrer des calculs compliqués dans la base de données. Lui aussi, la Terre lui manquait…