De quoi parle La Dernière guerre ?

juillet 24, 2020

De quoi parle La Dernière guerre ?

juillet 24, 2020

Nous sommes à 6 jours seulement de la sortie du tome 1 de La Dernière guerre en ebook. Le temps est passé à une allure incroyable entre le moment où j’ai décidé d’écrire enfin ce projet de fantasy, et le moment où le lancement est sur le point de se concrétiser.

Et avec tout ça, je n’ai pas véritablement eu le temps de préparer correctement toute ma communication en amont comment je l’aurais souhaité.

Mais qu’à cela ne tienne ! C’est parti pour un premier article sur La Dernière guerre

De quel genre d'histoire s'agit-il ?

La Dernière guerre, c’est une saga de fantasy à nombreux personnages principaux. Selon mes prévisions initiales, il y aura 5 tomes au total, et sans doute une quinzaine de personnages principaux.

Et là, tout de suite, je me dis qu’avec autant de personnages principaux, il y aura sans doute plus de 5 tomes. Mais en fait, ce n’est pas très important : ce sera une longue saga, c’est tout ce qu’il y a à retenir !

Parce qu’au-delà de la longueur, ce qui définit vraiment de quel genre d’histoires il s’agit, c’est le grand nombre de personnages principaux. Dans le tome 1, il y en a 5, et je sais déjà qu’il y en aura une petite dizaine dans le tome 2, et sans doute un peu plus dans le tome 3. 

J’ai encore peu de visibilité à ce sujet, je n’ai pas tranché définitivement, mais en tout cas, voilà le trait principal de La Dernière guerre : ses multiples personnages principaux.

Pourquoi autant de personnages principaux ?

Pour suivre leurs histoires qui s’entrecroisent, de près ou de loin. Beaucoup de ces personnages ne se croiseront jamais, ou seulement en coup de vent, sans avoir le temps de faire connaissance. 

Ce qui est certain, en revanche, c’est que les fils de leur destinée sont tous entremêlés dès le début. C’est la somme de toutes leurs actions individuelles qui mènera au dénouement de cette histoire. Et c’est ça qui m’intéresse. C’est ça que je veux explorer. De quelle façon chacun influence l’avenir, et de quelle façon la somme de tous les efforts, dans un sens comme dans l’autre, aboutit à un résultat final.

Cette Dernière guerre, aura-t-elle bien lieu ? Quelles seront les forces en présence ? Qui aura l’avantage ? Quelles actions discrètes, individuelles ou jointes influenceront son issue ?

Sans en avoir réellement conscience (au début du moins), chacun de ces personnages donnera une direction précise à l’avenir commun de tout le continent. Et c’est ça, ce genre d’histoires, que je veux raconter. Des aventures individuelles qui se rejoignent pour former une immense fresque épique.

Qu'en est-il des thèmes abordés ?

Ceux qui me suivent depuis quelques temps le savent maintenant : j’aime bien réfléchir aux thèmes abordés dans mes histoires, soit en amont, lors de la phase préparatoire, soit après, avec du recul.

Dans le cas de La Dernière guerre, je n’avais pas de thème précis en tête, mais il y en a un en particulier qui s’est dégagé : l’évolution personnelle.

Qu’est-ce qui nous permet de nous construire en tant qu’individus ? Pourquoi agissons-nous de telle ou telle façon ? Selon quelles croyances ? Qu’avons-nous hérité de nos parents, de notre passé ? Comment pouvons-nous choisir de changer, ou changer par la force des choses ? À partir du moment où on prend conscience qu’on change, qu’on veut changer, qu’on doit changer, que peut-on faire ? 

Presque tous les personnages du tome 1, principaux ou secondaires, abordent ce thème sous un angle qui leur est propre. En réalité, c’est un thème qui est présent dans toutes les bonnes histoires, puisque le personne change entre le début et la fin (dans la plupart des cas).

Mais là, c’est un peu plus que ça, parce que je l’ai fait de façon demi-consciente : c’est-à-dire que je m’en suis rendue compte au moment de la création de mes personnages, et que je me suis autorisée à pousser leur évolution dans ce sens. 

En conclusion...

La Dernière guerre est une saga de fantasy qui repose entièrement sur les épaules de ses personnages. L’univers n’a rie d’extraordinaire ou d’exceptionnel (j’y reviendrai dans un autre article). L’histoire en elle-même ne repose pas non plus sur une originalité flagrante. En revanche, les personnages, eux, sont multiples et divers, et ont chacun une histoire à raconter. Une histoire passionnante, intéressante, accompagnée d’une transformation profonde ou plus subtile.

C’est clairement ce genre d’histoires que je voulais écrire. Et j’espère que cela vous plaira…

Aucun commentaire

Laisse un commentaire

×